Rodho

dessinateur de presse

Je suis dessinateur de presse pour une presse indépendante, c’est-à-dire une presse qui ne vit uniquement grâce aux abonnements, et pas par la publicité. Je fais également des interventions sur les médias, avec des scolaires, des universitaires, des associations, des personnes qui souhaitent s’exprimer par le dessin de presse et développer leur esprit critique !

Ça fait un peu moins de 15 ans que je fais ce métier, avant j’étais dans le pinard, parce que je viens du Jura et que j’ai des vignes familiales. J’ai bossé aussi dans un bar à vin à Paris et dans une cave à vin.

Te rappelles-tu de ta première impression quand tu es arrivé à l’Arsenal ?

Oui ! Il n’y avait rien dans les couloirs de l’aile 2, le bar était en construction, ça cognait, ça tapait ! J’ai eu une bonne impression, il y avait une vie qui se passait. Avant j’étais dans un espace de coworking dans une boîte de com. C’était bien, mais moins rigolo ! Je partageais l’espace avec quelqu’un qui faisait du design de téléphone chinois, un ingénieur et une dame qui travaillait dans l’import-export avec la Roumanie sur des projets de luxe.

Et qu’est-ce que cela à changer pour toi, de venir ici ?

Ici, tu as le côté intime dans ton espace, où tu bosses et où tu peux décider de ne pas voir les gens. Et puis tu ouvres ta porte et c’est la rue ! Tu croises du monde. Les voisins sont sympas, on boit des cafés.

Tu as carrément décidé de rejoindre le CA de Hôp hop hop il y a 1 an et demi, mais pourquoi donc ?

Les pressions amicales ! Non, mais on (les résidents) n’avait pas beaucoup de communication avec le CA, on ne savait pas qui décidait de quoi, donc dans mes envies de pouvoir, je me suis présenté lorsqu’il y a eu un appel à l’AG. Je n’y aurai pas pensé comme ça, mais j’ai trouvé ça intéressant que l’association demande aux gens de s’engager. C’était l’occasion de voir depuis l’intérieur comment ça se passe. C’est bien qu’il y ait des résidents au CA, qu’ils aient une voix. Je me rappelle lors de la première réunion de la commission “Vie quotidienne“, la discussion avait porté sur le papier toilette. Ce sont les petits détails qui sont importants, c’est une des premières pierres du projet !

Un souvenir à Hôp ?

Alors c’est un gros truc, qui manque d’ailleurs en ce moment, mais la fête des 1 an ! De voir tout le monde s’y mettre et que vous, l’équipe de Hôp, ne fassiez rien, c’était un chouette moment.

Sinon, tous les moments du quotidien. Tu ouvres ta porte, il y a la rue, tu vas picorer chez les gens, tu regardes s’il y a des portes ouvertes.

Et la fête de la Sainte-Lucie aussi ! Tu as l’impression d’accueillir des gens chez toi, plein de copains et des gens que tu ne connais pas.

Qu’est-ce que tu feras quand on partira de l’Arsenal, car Hôp hop hop est une occupation temporaire ?

Je vous suivrai ! Je ne sais pas, je ne me suis pas posé la question. Je réfléchis plus sur où hôp hop hop sera après. Peut-être dans un lieu où sera donné plus de liberté aux résidents. Pourquoi pas un lieu autonome géré par des résidents, qui ne seraient pas indépendants mais rattachés au collectif de hôp.

C’est comme ça que tu vois la suite pour l’association ?

Je verrai bien des lieux partout en ville, gérés par un collectif, par une tête. L’utopie du bordel c’est que ce soit une grosse force politique. Un truc qui fait que tu ne peux plus t’en passer, et tu fais bouillir plein de trucs là-dedans, une vraie force ! Ça va avec les envies portées par hôp, de créer des lieux de mixité, d’hospitalité, d’échanges. L’association est encore tellement jeune, et portée par peu de personnes. Mais les gens attendent qu’il y ait un gros truc, ils ont envie de s’engager dans l’asso mais ils ont aujourd’hui du mal à voir comment ils pourraient s’impliquer. Il faudrait mettre dans le café un panneau qui explique le projet et qui dit tout ce qu’il se passe à l’Arsenal. Comme il n’y a que des gens de gauche qui viennent, tu verras, les gens consommeront 2 fois plus !

Hôp hop hop est politique selon toi ?

Hôp devrait devenir un parti politique, ce qu’il se passe ici c’est politique. Vous vous intéressez aux gens, à la mixité, aux autres assos. La politique c’est faire changer des choses avec d’autres personnes. D’ailleurs quelle est la définition de la politique ? Wikipédia vulgarise bien et s’il y a un tuto c’est bon ! (Rodho regarde la définition sur Wikipédia). “La politique en son sens plus large, celui de civilité ou Politikos, désigne ce qui est relatif à l’organisation ou autogestion d’une cité ou d’un état et à l’exercice du pouvoir dans une société organisée“. Ben voilà !

((cette rencontre a eu lieu en décembre 2020))

Midi à 14h

Comment a commencé l’aventure “Midi à 14h“ ? (Virginie) On s’est rencontré au lycée Pasteur à Besançon, en design graphique.

Catherine Monneret

Je suis vieille et contente, franc-comtoise, assez pessimiste et donc presque toujours de bonne humeur car les scénarios pessimistes que

Rodho

Je suis dessinateur de presse pour une presse indépendante, c’est-à-dire une presse qui ne vit uniquement grâce aux abonnements, et

Jade Sauvage

J’ai fait l’école d’art de Clermont-Ferrand puis je me suis orientée vers l’animation d’ateliers d’art pour des publics fragilisés. Ensuite,

Guillaume Fulconis

Je suis metteur en scène indépendant. J’ai monté cette compagnie à la sortie de l’école de l’ENSATT de Lyon avec

Atelier TroisKart

Comment est né l’atelier TroisKart ? Notre collectif s’était constitué un tout petit peu avant le début du projet de Hôp